Découvrir la bibliographie d’artistes reconnus mondialement

bibliographie d artistes reconnus

Publié le : 31 octobre 20185 mins de lecture

A travers les siècles, le monde de l’art s’est vu orné de nombreux noms. Collectionneurs, connaisseurs ou néophytes, ont ce point commun qui est de connaître au moins l’un de ces artistes. Ayant marqué l’histoire par leurs œuvres, leurs techniques ou le courant qu’ils ont apporté, des peintres, sculpteurs et décorateurs semblent aujourd’hui immortels. Comprendre réellement la teneur de leurs créations est donc presque une obligation pour s’imprégner de ces bouts d’époques qui ont participé au façonnage du monde actuel. Mais quel intérêt de se familiariser avec des artistes reconnus ?

Avoir des bases pour d’éventuelles transactions

Outre pour une culture générale plus étoffée, connaître la bibliographie d’un artiste permet de parer à une éventuelle transaction. En effet, l’évaluation d’une œuvre, et donc la détermination de son prix, passe par l’analyse de nombreux paramètres : techniques, époque de sa création, son histoire et celui de son créateur, et bien évidemment, la notoriété de l’artiste. Ces caractéristiques, non maîtrisés, peuvent amener à un diagnostic erroné. Ce qui conduira inévitablement à l’une de ces situations : une sous-évaluation avec un prix qui lésera le vendeur ou une surévaluation qui freinera les potentiels acheteurs. Au vu de ces cas, il s’avère que faire plus ample connaissance avec les grands noms de l’art, les circonstances de la réalisation d’un peintre, d’un sculpteur ou d’un décorateur, c’est avoir des informations à faire jouer lors des transactions. Pour avoir des renseignements sur un artiste célèbre en particulier et sur ses œuvres, rendez-vous sur ce site.

Différencier le vrai du faux

Dans un monde où la technologie est en pleine évolution, les contrefaçons sont monnaies courantes. Les techniques d’un peintre peuvent donc aujourd’hui être reprises pour faire apparaître une nouvelle toile de valeur. En se renseignant au préalable sur les réelles créations d’un artiste, de telles arnaques ne pourront trouver aboutissement. Ce qui évitera l’achat, à un prix exorbitant ou non, d’un objet issu de fraude.

A savoir tout de même qu’il n’est pas à exclure qu’une toile égarée, qu’un meuble oublié ou qu’une sculpture cachée peut faire son apparition. Aussi, en plus de l’étude de la bibliographie de l’artiste, il est recommandé de se tourner vers un professionnel. Plus au fait de l’histoire et de la patte d’un créateur, il pourra apporter son expertise face à une réalisation qui n’a, jusque-là, pas encore été connu. Cela est également vrai pour les œuvres dupliqués comme les lithographies. Car ces dernières sont faites à partir d’un même support (pour plusieurs reproductions) et qu’elles ne sont pas forcément signées, demander à un connaisseur (indépendant ou établissement spécialisé), l’origine réelle d’une œuvre est indispensable. Avec leur concours, il sera aussi plus facile d’avoir une estimation plus précise de la valeur d’une œuvre. La plupart d’entre eux pourront aussi informer sur les caractéristiques de l’objet et, accessoirement, de l’artiste.

Artistes et œuvres à découvrir

Qu’il s’agisse d’une œuvre découlant du génie d’un décorateur ou d’un peintre, il se peut qu’il soit répertorié mais qu’il ait été perdu de vue au fil du temps. Volés, égarés ou donnés en héritages, de nombreux objets sont connus de noms mais ne sont pas localisés. En savoir davantage sur la bibliographie d’un artiste en particulier c’est avoir la chance de reconnaître une pièce rare. Une opportunité que peuvent rencontrer les connaisseurs ; même si de telles occasions peuvent aussi se présenter pour les moins férus.

Afin d’être certain de la provenance et de la nature d’un objet d’art, il est toujours préférable de demander l’expertise d’un professionnel. Il faut retenir, malgré les idées reçues, qu’un diagnostic ne sert pas que pour les transactions. En effet, une authentification et/ou une estimation de la valeur d’une œuvre peuvent constituer des renseignements à utiliser ultérieurement. Aussi, rien n’empêchera le propriétaire de solliciter un diagnostic, puis, d’accrocher, d’utiliser, d’exposer ou d’entreposer l’œuvre en question.

Plan du site